Quel avenir pour Canal + ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Tensions internes à Canal+

Quel avenir pour Canal +Quel avenir pour Canal + ? Depuis la prise de pouvoir de Bolloré à Canal Plus, l’avenir de la chaîne cryptée inquiète plus d’un observateur. Le «nouveau Canal», présenté par Vincent Bolloré et son orchestre, devrait se fâcher avec beaucoup moins de monde l’’an prochain. Comme pressenti, l’impertinent Zapping, devenu ces derniers mois le plus grand opposant interne au patron, et Spécial investigation, l’émission qui aurait pu avoir la mauvaise idée de continuer à enquêter sur les partenaires en affaires de Bolloré. La chaîne a annoncé le départ à la fin de la saison de l’animatrice Maïtena Biraben, sa tête de gondole depuis l’arrivée aux commandes de l’homme d’affaires. Le bilan de l’homme d’affaire français divise les médias. Pour certains, il a sauvé Canal+ qui était au bord de la faillite avant son arrivée. Pour d’autres, c’est un fiasco total qui fragilise plus que jamais la chaine. Ses détracteurs rappellent la purge subie par Canal +, qui a vu le départ de plusieurs journalistes et présentateurs vedettes de la chaîne et la disparition de programmes emblématiques comme le Zapping ou de l’émission de reportage Spécial Investigation.

Moins de programmes en clair

Après avoir menacé de fermer Canal+, Vincent Bolloré dit que la chaîne peut être sauvée de la faillité. Paradoxalement, pour que son avenir s’éclaircisse, elle devra passer largement en crypté. L’avenir de Canal+ ne sera certainement pas en clair. C’est ce qu’a laissé entendre Vincent Bolloré, patron de Vivendi et propriétaire de la chaîne. Sans obligation réglementaire et alors que les autres chaînes payantes n’ont pas de tranche en clair, l’homme entend rendre un « arbitrage » sur ce sujet dès l’été. Jusqu’à maintenant, Canal+ diffusait cinq heures de programmes gratuitement. Elle a déjà réduit cette plage d’une heure en cours de saison. Pour Vincent Bolloré, l’enjeu est de stopper l’hémorragie d’abonnés, qui a dépassé les 200 000 départs en six mois, à cause de la concurrence de la TNT mais aussi de nouveaux acteurs comme Netflix. « La bonne méthode pour générer de l’abonnement, c’est au contraire de commencer à diffuser un match en clair puis de basculer en crypté », dit le dirigeant. C’est ainsi qu’il veut gagner des clients.

Rivalités avec Netflix

Ce sont ces programmes, surtout le sport et le cinéma qui justifient que l’abonnement à Canal+. Or sur la fiction, le marché est partagé entre un nombre grandissant d’acteurs forts, comme Netflix et Amazon. Ces rivaux ont eu pour conséquence de faire gonfler les prix des droits de diffusion. Pour tenter de relancer la chaine, le nouveau patron aurait décidé de revoir complètement les offres d’abonnements ainsi que les prix de l’abonnement.

Résultat, une première offre à seulement 25 euros par mois, sans engagement, devrait faire son apparition sur Internet pour tenter de trouver de nouveaux abonnés. C’est encore bien plus cher que Netflix, mais cela reste bien plus intéressant que les offres existant actuellement. Le prix de l’abonnement pourra toujours grimper jusqu’à 50 euros par mois, en fonction des envies de clients, que ce soit pour le sport avec BeIN ou le cinéma notamment.

Avenir de Canal +

L’avenir est à la création de séries internationales qui attirent de nombreux téléspectateurs. Le clair, au départ, est une concession à un gouvernement socialiste. Il s’agissait de donner le sentiment qu’une chaîne privée autorisée par la gauche devait remplir une obligation publique. Le clair apparaît aujourd’hui comme une tare dans un monde où le contenu payant devient roi. Vincent Bolloré revient à l’essence d’une chaîne payante cryptée avec le cryptage payant.

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>